Anahita Hekmat

Anahita Hekmat une artiste iranienne des nouveaux médias. Son travail comprend un large éventail de supports traditionnels tels que la photographie, le dessin, la vidéo et les installations de nouveaux médias technologiques comme les installations interactives et urbaines, les sites internet et les projets de médias alternatifs. Elle travaille aussi bien seule qu’en collaboration avec des ethnologues, des musiciens, des programmeurs et d’autres spécialistes pour créer des expériences multidisciplinaires et multimédia. Elle croise la méthodologie ethnographique et l’imagination subjective. Ses oeuvres dialoguent avec le visible et l’invisible. Anahita cherche à exprimer avec la vision, ce que nous voyons en vivant la réalité et l’image mentale que cette réalité a créé dans notre esprit. Elle exploite des espaces fermés, des tunnels creusés ou construits, des pièces sombres et des endroits cachés pour tracer une trajectoire pour les spectateurs dans le cadre d’une expérience in situ. En utilisant des éléments architectoniques liés au passé et détruits (comme les vestiges), elle s’interroge sur la capacité d’un espace spécifique à rappeler et à réactiver la mémoire du passé dans le temps présent. Le monde de l’enfance est un motif récurrent dans son œuvre. L’enfance et les rites de passage servent de base de référence pour les unités temporelles universelles. Ainsi, chaque spectateur peut trouver une base spatio-temporelle qui est à la fois très personnelle et commune. Dans ses vidéos, elle travaille à partir de fragments d’images (filmées en général lors de ses voyages) qui créent une approche documentaire. En éditant, étirant le temps, manipulant et superposant les images, elle fait jaillir une fiction poétique et mythique. En général, son travail construit un temps suspendu dans lequel les personnages, abstraits de leurs dimensions spatiales, effleurent les frontières du documentaire et de la fiction. Dans ses installations, elle confronte plusieurs écrans qu’elle met en dialogue. Ce type de médium permet aussi aux images de résonner avec les sons pour déconstruire le temps ordinaire. Elle utilise généralement la projection comme réminiscence des faits qui ont été vécus. Le son a une grande importance dans son travail. La composition sonore est utilisée pour introduire la spatialité. Cette dernière ajoute la distension du temps dans les univers fermés de Anahita : les couches audio superposées avec leurs images correspondantes, pour fournir un espace à explorer, un puits de mémoire.

Site internet : anahitahekmat.net