kV

Raphaëlle Kerbrat
Héliogravures sur cuivre, 2015

Trois plaques 30 x 30 cm. Trois héliogravures de câbles électriques vus en coupe dans leur taille d’origine.
Ces gravures questionnent le conditionnement des données et les énergies qu’elles emploient, en interrogeant le câble électrique dans sa matérialité brute. Omniprésent dans notre environnement, le fil de cuivre est le premier outil de transport d’énergie et de conductibilité électrique. Il est à l’image de l’objet technique dans sont plus simple appareil. Tirées des plaques, existent plusieurs tirages réalisés à partir d’un pigment d’oxyde de cuivre, obtenu à partir de fil électrique.