Samuel Bianchini (PhD – HDR)

Responsable du Groupe de recherche « Reflective Interaction »

Samuel Bianchini est artiste et enseignant-chercheur. Il est Maître de conférences habilité à diriger des recherches en Arts à l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs (EnsAD), Université PSL, Paris où il dirige le groupe de recherche Reflective Interaction d’EnsadLab (laboratoire de l’EnsAD) et où il est également co-responsable de la Chaire arts et sciences mise en place en 2017 avec l’École polytechnique et la Fondation Daniel & Nina Carasso. Il est membre de l’Équipe d’accueil SACRe (Sciences Arts Création Recherche – EA 7410) de PSL et engagé sur le programme doctoral qui y est associé et pour lequel il dirige des doctorants en art et en design. Il est également membre du réseau de recherche-création canadien Hexagram.

Ses œuvres sont régulièrement exposées en Europe et à travers le monde : Waterfall Gallery (New York), Nuit Blanche Toronto, Medialab Prado Madrid, Palais de Tokyo (Paris), Kunsthaus PasquArt (Bienne), Art Basel, Institut français de Tokyo, Stuk Art Center (Leuven), Centre Georges Pompidou (Paris), Deutsches Hygiene-Museum (Dresde), Musée national d’art contemporain d’Athènes, Jeu de Paume (Paris), Laboratoria (Moscou), Biennale de Théssalonique, Rencontres Chorégraphiques de Carthage, Centre pour l’image contemporaine de Genève, Biennale de Rennes, La Ménagerie de verre (Paris), space_imA et Duck-Won Gallery à Séoul, Nuit Blanche à Paris, Musée d’art contemporain Ateneo de Yucatán à Mexico, Cité des sciences et de l’industrie à Paris, Zentrum für Kunst und Medientechnologie (ZKM) à Karlsruhe, Musée d’art moderne de la Ville de Paris, La Villa Arson (Nice), etc.

Ses réalisations mettent en œuvre des opérations physiques autant que symboliques, en contexte, en public et en temps réel, nous incitant à contempler, à réfléchir autant qu’à agir. Soutenant le principe d’une « esthétique opérationnelle », Samuel Bianchini interroge les rapports entre nos dispositifs technologiques les plus prospectifs, nos modes de représentation, nos nouvelles formes d’expériences esthétiques et nos organisations socio-politiques. Pour cela, il collabore avec des scientifiques et des laboratoires de recherche en ingénierie : Limsi-CNRS (Laboratoire pour la mécanique et les sciences de l’ingénieur, Orsay), Orange Labs, IEMN (Institut d’électronique de microélectronique et de nanotechnologie, Lille-Valenciennes), IETR (Institut d’électronique et de télécommunications de Rennes), Liris (Laboratoire d’informatique en image et systèmes d’information, Lyon), LIFL (Laboratoire d’informatique fondamentale de Lille), CEA (Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives, Saclay), etc. En relation étroite avec sa pratique artistique, Samuel Bianchini a entrepris un travail théorique qui donne lieu à de fréquentes publications : Éditions du Centre Pompidou, Éditions Jean-Michel Place, MIT Press, Analogues, Burozoïque, Hermes, Les presses du réel, Springer, etc.

Né en 1971 à Nancy, il a étudié l’art à travers différentes approches : Beaux-arts (Post diplôme, École régionale des Beaux-arts de Nantes), Arts Décoratifs (EnsAD, École nationale supérieure des Arts Décoratifs, Paris), Art & Design (Central Saint Martins College of Art and Design, Londres), Arts appliqués (Ensaama, École nationale supérieure des arts appliqués et des métiers d’art, Paris), Arts et métiers (Cnam, Paris) et Arts plastiques (Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne). Il a soutenu sa thèse de doctorat au Palais de Tokyo avec une exposition personnelle et, plus récemment, une Habilitation à diriger des recherches (HDR) au croisement de problématiques artistiques, technologiques et politiques, intitulée Dispositifs artistiques, dispositifs politiques. Une esthétique opérationnelle comme faculté de mobilisation individuelle et collective. Il a récemment publié, en co-direction avec Erik Verhagen, l’ouvrage collectif Practicable. From Participation to Interaction in Contemporary Art, Éd. MIT Press, 2016 ; en co-direction avec Emanuele Quinz, l’ouvrage collectif Behavioral Objects 1 – A Case Study : Céleste Boursier Mougenot, Sternberg Press, 2016 ; et, avec Mari Linnman, un ouvrage intitulé À Distances – Œuvrer dans les espaces publics, les Presses du réel, 2017.

Site internet : www.dispotheque.org

Publications (sélection)

Articles :
• Research Gate : http://www.researchgate.net/profile/Samuel_Bianchini
• Academia : https://ensad-fr.academia.edu/SamuelBianchini

Ouvrages :
• « Practicable. From Participation to Interaction in Contemporary Art », Éd. MIT Press, Cambridge / Londres, 2016 :
https://mitpress.mit.edu
• « Behavioral Objects », Éd. Sternberg Press, Berlin / New York, 2016 :
http://www.sternberg-press.com
• « Audience Works », Éd. mfc-michèle didier, Bruxelles, 2013 :
http://www.micheledidier.com
• « Recherche & Création. Art, technologie, pédagogie, innovation », Éd. Burozoïque et École nationale supérieure d’art de Nancy, Montrouge, 2009 ; réédité par Art Book Magazine, Paris, 2012 :
www.artbookmagazine.com
• « Simulation technologique & matérialisation artistique – Une exploration transdisciplinaire Arts / Sciences », Éd. L’Harmattan, Paris, 2011 :
http://www.editions-harmattan.fr
• « Joseph Beuys – Films et vidéos », Éd. Centre Pompidou, Paris, 1994 :
www.centrepompidou.fr