De l’imprimé à l’animation

Antoine Desjardins
2019

Un projet de recherche-création hébergé par Giancarlo Rizza avec Antoine Desjardins, Laurent Karst et Simone Leantan.

Ce projet est développé dans le cadre d’une coopération entre le Laboratoire des solides irradiés de l’École Polytechnique X et le Groupe Reflective Interaction de l’ensadLab, le laboratoire de l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs (EnsAD), Université PSL, Paris. Ce projet est soutenu par la chaire Arts & Sciences de l’École Polytechnique, l’EnsAD-PSL, et la fondation Daniel et Nina Carasso.

Cette proposition de recherche-création a été initiée lors d’un atelier d’été « Useful Fictions » organisé par l’Université de Californie Davis et l’École Polytechnique, dans cette école, en septembre 2019. « De l’imprimé à l’animation » visait à la fabrication/utilisation/expérimentation de surfaces articulées et de polymères doux magnéto-réactifs ayant la capacité de reproduire le comportement naturel. Les plans de pliage et l’impression de matériaux flexibles avec des parties chargées de ferrofluide ou de magnétite sont utilisés pour étudier les mouvements induits par les champs magnétiques sur des formes familières empruntées à l’organique dans des registres traversant la plantes et l’animal.

Participants : Nathanial Gilchrist, Jean Menezes

Remerciements : Aline Becq, Samuel Bianchini, Jean-marc Chomaz, Gareth Paterson, Julie Sauret

Apporter de la vie dans des objets inanimés est le nouveau domaine émergeant des technologies d’impression 3D. Cet état d’esprit innovant est également appelé « impression 4D » et fait appel à des matériaux avancés qui répondent à l’influence de stimuli ou d’énergies externes pour programmer l’action d’un objet imprimé. Ce workshop vise à la fabrication/utilisation/expérimentation de surfaces articulées et de polymères doux magnétoréactifs qui ont la capacité de reproduire le comportement naturel.

Des structures plates 2D en matériaux rigides articulés sensibles à la magnétite sont utilisées pour exploiter les processus de pliage et de dépliage de l’origami et du kirigami. L’impression 3D de matériaux flexibles avec des parties chargées en ferrofluide ou magnétite est employée pour étudier les déplacements induits par des champs magnétiques sur des figures connues empruntées aux formes organiques (plantes, animaux). L’objectif du workshop est de spéculer sur les applications possibles de ces matériaux à court terme : quels changements environnementaux réels pourraient être apportés pour animer l’objet 4D et comment pourrait-il réagir en conséquence ?